Qui sommes-nous ?

Pourquoi une association de Semeurs de Jardins ?

NOMBREUSES sont les initiatives de jardins collectifs en Languedoc-Roussillon mais PEU d’entre elles étaient reliées.

Nous avons donc voulu:
– Concevoir des statuts adaptés à une démarche de mise en réseau
– Construire un projet associatif qui réponde à vos besoins
– Représenter la diversité des acteurs des jardins partagés

L’association « Le réseau des semeurs de jardins » a vu le jour le 18 juin 2015.

Nous soutenons de nombreux événements organisés autour des jardins collectifs de Montpellier et du Languedoc-Roussillon. Ces jardins permettent aux habitants d’un quartier, d’un village ou d’une ville, de cultiver ensemble et de partager fleurs, fruits, légumes et convivialité. Ce sont des espaces de nature, de rencontre, de solidarité mais aussi d’autoproduction, d’éducation à l’environnement et de démocratie participative au quotidien.

Une plate-forme née de l’envie de coopérer…

Suite à un premier travail de recensement des initiatives de jardins collectifs menées en 2011 sur la région Languedoc-Roussillon et la création d’une dynamique d’échanges entre porteurs de projets, collectivités, recherche, institutions autour de cette thématique, nous avons eu le souhait de créer un espace pour :

S’INFORMER sur ce qui se passe dans les jardins collectifs en région et ailleurs
SE RELIER à travers nos idées, nos savoir-faire, nos projets, etc.
PARTAGER nos bons plans, des ateliers, des graines, un terrain, etc                                        SE FORMER à la permaculture, l’agroforesterie, les semences paysannes, les plantes médicinales…

Une carte pour se connaître
La carte des jardins collectifs présenté sur le site est en permanente évolution. Elle cherche à faire se rencontrer les jardiniers, qu’ils soient membres du réseau ou non, afin de créer entre eux un sens du collectif et une possibilité de mener des actions collectives au niveau de la ville. Elle peut cependant aussi intéresser des personnes qui souhaiteraient se joindre à cette action collective, habitant qui souhaite se rapprocher d’un jardin, collectivité qui désire s’informer, porteur de projet qui voudrait développer une activité…

Des ateliers pour se former
Nous organisons des cycles de formation en permaculture et agroforesterie chaque année, ainsi que des ateliers sur les semences, les plantes médicinales… Venez découvrir les jardins alentours en apprenant !

Des ressources pour s’informer
Nous sommes en pleine écriture de guides pratiques ! En attendant, nous vous proposons quelques documents et sites pour répondre à vos questions autour de différents thèmes : guides pratiques, manuels de jardinage, guide d’animation de jardin partagé…

Une petite équipe ouverte à l’agrandissement!
Le Réseau des Semeurs est une association assez jeune, ses différentes missions auprès des jardins et jardiniers membres sont remplies par quelques bénévoles (hyper)actifs, une salariée (depuis fin mars 2020 !) et une alternante. Si vous souhaitez rejoindre la partie vous êtes bienvenu, que vous soyez débutant ou expert!

Rejoignez le réseau !

Pour soutenir nos actions et y participer, vous pouvez y adhérer ! Vous pouvez aussi nous soutenir par un don.

Un commentaire pour Qui sommes-nous ?

  1. deniseau dit :

    Un air vicié contient 4 à 5 % de plus de dioxyde de carbone (CO2) qu’un air pur et donc, comme le dioxyde de carbone a pris la place de l’oxygène dans sa composition, l’air vicié contient 4 à 5 % de moins d’oxygène (O2) que l’air pur.

    Une forêt absorbe du CO2 et libère de l’oxygène, une ville produit du CO2 et consomme de l’oxygène (moteur thermique et même respiration humaine); si on y ajoute les résidus de combustion (moteurs, chauffage, etc …) on a une bulle d’air vicié qui fragilise fortement la santé humaine. Les poumons sont une barrière de protection naturelle contre les virus, quand cette barrière est altérée par la pollution les individus sont plus fragiles, ce qui pourrait même expliquer en partie pourquoi le Covid touche plus les villes que les campagnes.

    La forêt est un écosystème autonome qui a survécut seul pendant des millions d’années, la ville n’est pas un écosystème mais une invention humaine qui a les caractéristiques opposées à la forêt, elle a un bilan climatique bien pire qu’un désert de sable et affecte gravement la santé humaine.

    La réduction des émissions de CO2 est primordiale en ville parce qu’il n’y a pas assez de végétation pour l’absorber et fournir de l’oxygène, à la campagne l’air n’est pas vicié parce que les surfaces végétales sont plus importantes que les surfaces artificialisées. Et encore une fois c’est la concentration urbaine qui pose problème !

    Les surfaces végétales baissent l’albédo des sols, évacuent la chaleur (chaleur latente), absorbent du CO2, libèrent de l’oxygène, nourrissent et protègent toute la biodiversité sur les continents … En ayant stigmatiser la consommation d’eau des plantes (et donc de l’agriculture) on détruit la vie sur terre !

    La caractéristique d’un désert c’est justement l’absence de végétation et donc de photosynthèse !
    https://www.mediaterre.org/actu,20201011103814,1.html

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s